A la rencontre du patrimoine : découverte de la carrière Romaine

À la recherche des milliaires oubliés... au Col de Vence

Des passionnés d’histoire et de nature relatent la création des bornes milliaires fabriquées dans la carrière Vençoise et apposées tous les 1 480 mètres le long des voies romaines... sous la conduite de Jean-Louis Depardieu, membre du Cercle Historique des Alpes Maritimes...

A la recherche des milliaires oubliés...

Certains milliaires, ces bornes d’une hauteur variant de 0,90 mètre à 1,50 mètre, restent visibles sur la voie romaine du Col de Vence, où elles étaient disposées tous les 1480 mètres.

L’ancien tracé de la voie romaine secondaire qui reliait Vence à Castellane, puis continuait jusqu’à Digne, est également
encore repérable.
Grâce aux travaux du regretté Vincent Chavane, on sait que cette voie romaine, appelée « Via Ventiana » par certains historiens, n’était qu’une voie secondaire servant probablement au transport de matériel et de provisions, et ne figurait sur aucun des relevés connus (table de Peutinger ou itinéraire d’Antonin). Elle présente cependant la particularité d’être jalonnée par un nombre considérable de bornes, puisque au dernier recensement 22 milliaires sont répertoriés entre Vence et Castellane.

Certains de ces milliaires portaient des inscriptions en l’honneur des empereurs de différentes époques : notamment Marcus Aurelius Antoninus dit « Caracalla », aux environs de l’an 213, et un peu plus tard, Caius Julius Verus Maximinus, dit « Maximin », vers 235.

Deux milliaires très précieux car rares, dédiés à l’empereur Maximin sont conservés à la Chapelle Ste Anne. (Marc Chaix)