Cosmos-Cosmos, Vendredi 15 Décembre, 21h en la Cathédrale

Performance autour de Gombrowicz

La performance n’est ni une pièce de théâtre ni une lecture performative. C’est la musicalité de « Cosmos” mise en scène pour un acteur, deux percussionnistes et une conceptrice lumières. Gombrowicz a méticuleusement travaillé sur la relation entre le sujet du livre et les aspects rythmiques/mélodiques du texte, ainsi peut-il y avoir ici une pertinence à entendre »Cosmos". Le concept principal n’est ni plus ni moins que de mettre en évidence les aspects sonores du texte écrit dans sa relation avec son contenu philosophique.

Entrée libre sur réservation au Musée de Vence : 04.93.58.15.78.

Du « Cosmos » de Gombrowicz à « Cosmos-Cosmos » de Michał Libera

Interprété par :

- Tomasz Nosiński - voix.
- Ingar Zach, Lê Quan Ninh - percussions.
- Jacqueline Sobiszewski - conception lumières.
- Michał Libera - livret, dramaturgie.

« Cosmos » peut être vu comme un traité sur la séparation (de toujours trop) de choses et leur rapprochement arbitraire ou, en d’autres termes, un chef-d’œuvre sur la façon dont les choses deviennent des signes. La séparation des choses, musicalement parlant, s’appelle un « staccato ». Leur rapprochement -un « legato ».
Ainsi, l’idée centrale de la performance est d’exprimer et de compliquer les relations entre les deux éléments musico-philosophiques du cosmos - être séparés et en même temps chercher à se lier.

La structure de la performance reflète ce diagnostic.
Elle présente quelques « objets » initialement séparés du livre.
Ce sont : le Moineau, le Bout de bois, le Chat, Lucien et le Prêtre en leur position staccato dans la « réalité cosmique ».
Entre ces choses, il y a un intermédiaire, le legato, un faiseur de connexion qui est un autre « objet » du livre - une Flèche (« aujourd’hui, ex post, je sais que c’était la flèche qui était la plus importante » écrit Gombrowicz, parce que la flèche est celle qui rapproche, relie ensemble les éléments). Au cours de la performance, cette division claire des rôles devient de plus en plus floue.

Le livret a été préparé en utilisant la méthode que Gombrowicz a lui-même présentée dans « Cosmos », à savoir - partir de divers éléments sans rapport et les réunir d’une manière apparemment arbitraire. Sûrement, plus la sélection des éléments est arbitraire, plus la démonstration de la nature perverse du cosmos est convaincante.
Il n’y a pas d’autre façon. Comme le présente Leonard Neuger : « Le paradoxe de »Cosmos«  : toute la consistance que je trouve dans le roman fera de moi l’un de ses personnages ». Le livret est ainsi une perspective perverse et cosmique (au sens de Gombrowicz) du « Cosmos » de Gombrowicz. D’où le titre : « Cosmos-Cosmos ».
par Michał Libera.

Michał Libera

Né en 1979, ce sociologue travaille dans les champs du son et de la musique depuis 2003, récemment principalement en tant que librettiste, dramaturge et compositeur de divers essais sonores et autres formes expérimentales d’art radiophonique et d’opéra.

Durant les dix dernières années, Michał Libera a été curateur et organisé de nombreux concerts, festivals et anti-festivals, des programmes musicaux pour des expositions, ainsi que produit des albums de pop conceptuelle sur son label Populista dédié à la mauvaise et sur-interprétation de la musique. Il a aussi coproduit des séries de réédition d’archives et de réinterprétation de la musique du Studio expérimental de la Radio polonaise (Bôłt Records).

Jacqueline Sobiszewski

Conceptrice lumière et photographe. Née en 1977 aux Pays-Bas. A étudié à l’École nationale du cinéma de Lodz (Pologne), département image. A réalisé la conception lumières pour plus de 50 théâtres, opéras et concerts. A travaillé pour le TR Warszawa, le Théâtre National de Varsovie, le Théâtre National de Cracovie, le Burgtheater à Vienne, l’Opéra de Lyon, la Schaubühne Berlin, le Staatsoper de Munich, le Toneelgroep Amsterdam. Son travail a été présenté partout dans le monde, dont la St. Ann’ School à New York, UCLA LIVE à Los Angeles, le Barbican Centre de Londres, Edimbourg, Paris, Wellington, Berlin, Moscou.

Ingar Zach

Ingar Zach est un improvisateur, compositeur et percussionniste originaire d’Oslo (Norvège) et vivant actuellement à Madrid (Espagne). Ingar Zach est connu pour la large gamme de sons de son instrument. Il joue de ses percussions de manière très dynamique, mais toujours énergique. Il utilise des percussions faites maison, des gongs et des appareils tels que des hélices, arcs, sruti-box et tabla machine comme éléments de sa batterie étendue. Il se consacre à la musique improvisée/contemporaine et il tourne et enregistre régulièrement avec ses ensembles fixes, mais aussi dans différents projets ad-hoc en Europe, au Canada, en Amérique du Sud, au Japon et aux États-Unis. En tant que compositeur, il est actif dans ses ensembles habituels tels que Huntsville, Dans les arbres, MURAL et bien d’autres. Il travaille aussi continuellement à développer ses performances solo qui impliquent la percussion, l’électronique et les enregistrements sur le terrain. Son travail solo est utilisé dans différents genres tels que le cinéma, la danse et les performances artistiques. Il co-dirige le label SOFA et a participé à plus de 80 albums tout au long de sa carrière.

Tomasz Nosiński

Acteur de théâtre et de télévision. Diplômé de l’Ecole supérieure de théâtre de Cracovie en 2008, il a joué aux Nowy Teatr de Cracovie, Teatr im. Stefan Żeromski de Kielce et Teatr Nowy de Poznań. Il est actuellement membre du Teatr Studio de Varsovie. En 2013, il a reçu le prix d’interprétation du Divine Comedy Festival pour son rôle du roi Stanisław August Poniatowski dans Caryca Katarzyna de Viktor Rubin. Il collabore plus généralement avec Radoslaw Rychcik. Il a reçu plusieurs prix pour ses performances : le sorcier de Dziadach, le client de la Solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès, dirigé par Rychcik qui s’est produit en France, aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne, en Corée du Sud, au Chili et au Brésil. On peut le voir à la télévision dans la série de Monika Strzępka et Paweł Demirski, Artyści (Les artistes).

Lê Quan Ninh

De formation classique, le percussionniste Lê Quan Ninh mène depuis trente ans une activité musicale partagée entre interprétation de la musique contemporaine et improvisation libre. Il fut un des membres fondateurs du Quatuor Hêlios (1986 à 2012), quatuor de percussions ayant interprété et enregistré, entre autres, les percussions de John Cage. Avec la violoncelliste Martine Altenburger, il fonde en 2006 l’ensemble]h[iatus, un ensemble de musique contemporaine dont ses membres sont à la fois interprètes et improvisateurs. Il est l’un des directeurs artistiques de l’Association Ryoanji et du festival Le Bruit de la Musique qui développent un travail de création, de sensibilisation et de transmission consacrée à la création musicale contemporaine. En tant qu’improvisateur, il s’est consacré à plusieurs formations régulières avec des artistes comme Daunik Lazro, Michel Doneda, Beñat Achiary, Dominique Regef, Paul Rogers, Frédéric Blondy, Peter Kowald, Carl Ludwig Hübsch, Harald Kimmig, Tony di Napoli et en a rencontré plus occasionnellement un très grand nombre d’autres. Il entretient une relation privilégiée avec la danse (par ex. Fine Kwiatkowski, Patricia Kuypers, Kirstie Simson, Franck Beaubois). Il fut l’un des membres fondateurs de l’association La Flibuste à Toulouse (1988 à 2002) un collectif d’improvisateurs de toutes disciplines et a participé quelques années au collectif Ouïe/Dire. Il publie en 2010 aux éditions Mômeludies Improviser librement - Abécédaire d’une expérience dont une édition révisée et augmentée est parue en 2014. Cet ouvrage a été traduit en anglais et disponible aux éditions Publication Studio.

Le logo illustre le projet mis en œuvre dans le cadre du programme culturel d’ouverture de l’espace muséal Witold Gombrowicz à Vence.

La Brochure

Médias / Téléchargements