Festival Art & Tolérance préprare sa deuxième édition

Rendez-vous en novembre 2018

« Là où la tolérance est absente, la liberté l’est aussi ».
Pour les journées internationales de la tolérance des Nations Unies le 16 novembre et des Droits de l’Enfant le 20 novembre, en se souvenant de l’attentat meurtrier de Nice… tous les arts s’invitent sur la scène citoyenne et artistique pour partager et transmettre ce qui fonde notre vivre-ensemble.... L’édition 2018 est en préparation.

Festival collaboratif de tous les arts au profit des enfants et des jeunes

Art & Tolérance est une initiative du Centre de recherche international pour les arts et la création « Villa Matisse Le Rêve » avec les Universités Populaires du Théâtre de Bruxelles et la Ville de Vence. Objectif : mettre en œuvre durant 4 jours et dans toute la Ville d’Art, un festival des arts autour des valeurs de la tolérance.
L’idée du festival est né dans le sillage des événements dramatiques du 14 juillet 2016 à Nice, pour ne pas oublier, pour construire et pour promouvoir et partager à travers l’art ce qui fonde notre vivre ensemble.
Art & Tolérance s’appuie sur la déclaration des principes de la Tolérance de l’UNESCO, le 16 novembre 1995, qui défend « la diversité des nombreuses religions, langues, cultures et caractéristiques ethniques qui existent sur notre planète » afin qu’elles ne soient pas un prétexte à conflit mais au contraire qu’elles constituent « un trésor qui nous enrichit tous. »

Le festival s’appuie, en collaboration avec les Universités Populaires du Théâtre de Bruxelles, sur la diversité des textes philosophiques de Montesquieu, Voltaire, Saint-Exupéry aux textes contemporains de philosophes tels que Abdennour Bidar ou Amin Maalouf.

À l’heure où la tolérance est malmenée de tous les côtés, nous devons la réinvestir pleinement et permettre aux jeunes de faire de même. Aussi, tous les établissements scolaires de Vence sont mobilisés, de la maternelle au lycée, jusqu’à l’université pour défendre les valeurs qu’elle prône.

Festival de la mixité...

Ce festival repose sur la mixité. Mixité des arts et des supports : performances, street-art, graffes, photographie, cinéma, musique, théâtre, littérature, poésie, danse, opéra, conférences, colloques et tables rondes ; mixité des formes d’expression : ateliers en milieu scolaire, expositions dans les galeries, performances sur les places publiques ; mais aussi mixité des organisations qu’elles soient associatives, privées ou publiques et enfin mixité des personnes.Tout citoyen qui s’intéresse à l’art comme mode de rapport au monde qu’il soit artiste ou amateur est invité à y participer.

Le festival repose aussi sur le rayonnement et l’ouverture. Y sont invités des personnalités, artistes et conférenciers connues pour leurs travaux ou leur implication autour de ce thème.

LA DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LA TOLÉRANCE

Tout comme l’injustice et la violence caractérisées, la discrimination et la marginalisation sont des formes courantes d’intolérance. L’éducation à la tolérance doit viser à contrecarrer les influences qui conduisent à la peur et à l’exclusion de l’autre et doit aider les jeunes à développer leur capacité d’exercer un jugement autonome, de mener une réflexion critique et de raisonner en termes éthiques. La diversité des nombreuses religions, langues, cultures et caractéristiques ethniques qui existent sur notre planète ne doit pas être un prétexte à conflit ; elle est au contraire un trésor qui nous enrichit tous. C’est le 16 novembre 1995, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’UNESCO, que les États Membres de cette organisation ont adopté une déclaration de principe sur la tolérance.

LE PROPOS

A l’occasion de la journée internationale de la tolérance du 16 novembre décrétée par les Nations Unies, et de la journée internationale des droits de l’enfant le 20 novembre, en se souvenant des événements du 14 juillet 2016 à Nice, pour promouvoir et partager à travers l’art ce qui fonde notre vivre ensemble, pour ne pas oublier et pour construire,……le Festival ”Art et Tolérance” mobilise les acteurs de la société civile, les entreprises, les associations et organisations artistiques, les établissements scolaires, les collectivités territoriales... Bref, toutes les parties prenantes de notre société pour mettre en œuvre un événement collaboratif et citoyen. Nous sommes en effet convaincus que l’art a le pouvoir de “penser” les plaies, et que des manifestations telles que le festival ”Art et Tolérance” contribuent à mieux se comprendre, qu’il permet aux gens de créer et d’utiliser des connaissances pour construire une société juste et inclusive. Nous œuvrons dans l’idée que la créativité participe à fonder une société du savoir dynamique, innovante et prospère. À travers ce festival nous voulons favoriser la culture sous toutes ses formes et faire connaître aux jeunes les textes fondateurs car ils constituent une source de cohésion pour notre communauté perturbée par les récents événements tragiques qui l’ont secouée.

Un événement artistique, collaboratif et citoyen pour construire une société juste et inclusive

DES CONFÉRENCES

JEAN-CLAUDE IDEE Auteur, comédien, metteur en scène, fondateur des Universités Populaires du Théâtre qui ont pour but, selon le projet de Diderot, de rendre la raison populaire. Animés par le désir de partager des textes forts de sens, et de les remettre au cœur des enjeux théâtraux, elles ont créé après les attentats de Charlie Hebdo le ”Traité sur la Tolérance - De Voltaire à Charb.” ”Korczak, une utopie pédagogique incarnée”

FRANÇOISE MARTINETTI Après avoir enseigné dans l’Académie de Nice, Françoise Martinetti est devenue inspectrice de l’Education Nationale dans le premier degré, référente pour l’enseignement de la culture humaniste et formatrice à l’Ecole supérieure de l’Education Nationale (ESEN). Directrice des séries Enjeux civiques et Alentour-Histoire-Géographie aux éditions Canope, auteure de nombreux documents et articles sur l’enseignement moral et civique de l’école au lycée, elle signe des ouvrages comme les Droits des femmes et les droits de l’enfant et plus récemment Les valeurs de la République et Les Révolutions dans l’Histoire et le monde d’aujourd’hui (2017). ”Les droits de l’enfant : histoire et enjeux actuels”

FREDERIC DI BISCEGLIE Psychologue clinicien, Doctorant chercheur associé au laboratoire LAPCOS de l’école doctorale SHAL de l’Université Côte d’Azur. Sujet de recherche : Les Médiations Thérapeutiques par l’Art comme Dispositif de Prise en Charge pour les Enfants avec un Trouble du Spectre de l’Autisme. Auteur de ”L’art au cœur d’une psychiatrie médusante“. Intervenant en médiation par l’art séquentiel atelier MARS pour le centre Villa Matisse Le Rêve à Vence dans le cadre du PRE. Bédéiste amateur. ”Ce que la bande dessinée a de tolérant”

DANIEL AMÉDRO Ancien Inspecteur d’académie, Directeur des services départementaux de l’Education nationale. A dirigé le département des Hautes Alpes de 2001 à 2007 et celui de Tarn-et-Garonne de 2007 à 2010. Un retour sur l’évolution historique de l’idée de tolérance et une approche contemporaine : la tolérance aujourd’hui. Tensions. Limites. Interrogations. ”L’idée de tolérance“

JEAN BAPTISTE PISANO Maître de Conférences, Université de Nice-Sophia Antipolis, Membre du LAPCOS (Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales), Chercheur associé au Laboratoire ERMES (Equipe de Recherche sur les Mutations de l’Europe et de ses Sociétés), Directeur d’Etudes du Diplôme Universitaire d’Histoire de l’Art et de l’Archéologie et du Master 2 Management de l’Art et du Tourisme Culturel à Vence. Ses travaux portent sur l’image et les représentations, dans une pratique de l’Histoire de l’Art qui s’attache à intégrer les Sciences Humaines. Conférencier, critique d’art et Commissaire d’exposition, il anime des émissions culturelles radiophoniques sur RCF Côte d’Azur, ”Des Hommes et des Lieux“ attachée à la connaissance du patrimoine et ”ArtsActu“, sur l’actualité de la programmation muséale. ”On ne voit bien qu’avec le cœur”

ELISABETH BLANC Psychanalyste, membre de l’ALI (association lacanienne internationale). Docteur en psychopathologie clinique UNSA, a animé pendant 20 ans un séminaire de psychanalyse dans le cadre de l’AEFL (association d’études Freud-Lacan). Présidente de l’association OPUS-OPERA. ”Philia, l’amitié, un concept élaboré par Pythagore et repris par tous les philosophes grecs pour réfléchir sur ce qui fait lien entre les hommes”

CEDRIC FIORETTI Musicien de jazz, historien du cinéma et photographe. Spécialiste de la musique des 19e et 20e S., il donne des conférences sur l’œuvre de Mahler, Schoenberg et l’art du quatuor à cordes chez Brahms, Reger et Zemlinsky.
Il poursuit ses recherches sur la musique de Nietzsche, de Miles Davis et de John Coltrane. Il est un des membres fondateurs du groupe de jazz azuréen
”La Compagnie So What“. ”Jazz Libertaire“

MICHELE BESSONE-ZUNTINI Musicienne, Professeur au conservatoire de Menton psychanalyste. ”Les articulations entre musique et psychanalyse ne sont pas forcément évidentes. Parions que ces deux domaines se connaissent et qu’ils entretiennent des liens inédits.“ “Musique, psychanalyse et tolérance“

DES ATELIERS

LE TRAITÉ SUR LA TOLÉRANCE DE VOLTAIRE À CHARB
À partir du ”Traité sur la Tolérance“ de Voltaire, publié en 1763, le travail rassemble seize textes de douze auteurs de tous horizons et de toutes époques.
Ce panel permet de mettre en résonance des textes fondamentaux, comme un extrait de ”De l’esprit des Lois“ de Montesquieu ou”Lettre à un otage“de Saint Exupéry avec des textes de philosophes contemporains comme Abdennour Bidar ou Amin Maalouf. L’intérêt de cette diversité d’auteurs est de pouvoir présenter un large éventail de points de vue.

Des textes sur la tolérance c’est bien mais.. nous savons que faire lire des textes philosophiques à des jeunes gens n’est pas toujours facile.
Or, les jeunes d’aujourd’hui sont les adultes de demain, et ce sont eux qui construiront la société future.
La tolérance est malmenée de tous les côtés. Nous devons donc la réinvestir pleinement, et permettre aux jeunes de faire de même.

Mais il ne suffit pas de leur dire qu’il faut être tolérant que le rejet de l’autre, la discrimination c’est ”mal“. Il faut que les jeunes puissent trouver un sens à la tolérance, qu’ils puissent l’envisager, la penser et la débattre. Il n’y a que par ce moyen-là qu’elle pourra prendre une consistance durable pour eux, qu’elle retrouvera un sens.

En parler ensemble, c’est mieux . C’est ce que nous nous proposons de faire. Les animateurs commencent par proposer aux élèves de donner leur propre définition de la tolérance. Cette définition est notée par les animateurs qui passent ensuite à la lecture du premier texte. Avant de lire chaque texte, les animateurs l’introduisent brièvement. Ils le situent historiquement, et en explorent les enjeux. Le but est que tous les élèves puissent suivre le texte et mieux le comprendre. Ensuite les animateurs passent à la lecture proprement dite du texte ou de l’extrait du texte.

Parce que nous pensions devoir persuader, nous avons oublié d’écouter...
Enfin, et c’est sûrement le temps le plus important, les élèves reçoivent la parole.
Ils sont libres de s’exprimer, de dire ce qu’ils pensent du texte ou du point de vue de celui-ci. Ils prennent la parole chacun à leur tour, pour essayer de cerner les fondements mais aussi les limites de la tolérance. Les animateurs sont là pour guider le débat. Chacun doit pouvoir s’exprimer calmement, dans le respect des autres et a le droit d’être écouté. Les animateurs sont aussi là pour relancer le débat, ou argumenter. Ils font office à la fois de modérateur et d’animateur. Les animateurs prennent note de chaque changement ou précision dans la définition, puis passent au texte suivant. Le but étant d’arriver, à la fin de l’animation, à une définition finale qui contente l’ensemble de la classe, ou de constater les divergences.

MUSE, MUSÉE, MUSIQUE

CAROLINE DUVAL
Ouvrir le collège de la Sine sur ”Vence Cité d’Art” Temps artistique sur le thème de la tolérance pour faire interagir l’œuvre avec le spectateur au sein d’un espace culturel Vençois : le Musée.La Cie Be est une compagnie artistique professionnelle où artistes, publics, collectivités et professionnels de terrain collaborent et expérimentent.
Elle propose des créations artistiques aux formes multiples et contemporaines qui sont jouées dans les espaces théâtraux et les espaces de vie. Les créations pluridisciplinaires s’adressent à tout public de 6 mois jusqu’à l’âge adulte. La Cie s’interroge sur le modèle ”production-répétition-création“, la relation Artiste-Public-Artiste, l’espace de jeu multiple et la visée de la création artistique contemporaine.
Elle propose une vision poétique du réel dans lequel le rêve et l’émotion sont toujours présents.
Caroline Duval, comédienne, chanteuse et performeuse travaille la voix et les matières sonores de manière à faire émerger des créations qui invitent au voyage.

Animation scolaire L’artiste recueille les mots et les émotions des élèves pour créer des formes d’écritures libres. Ces formes sont réorganisées sur de la ”matière“, refrains, couplets, mélodie, mise en musique… avec les jeunes et seront interprétées par Caroline Duval au cours du festival.

Conférence de Presse le 20 Octobre - Salle de l'Europe (Villa Alexandrine)

Conférence de Presse le 20 Octobre - Salle de l'Europe (Villa Alexandrine)