Tous au covoiturage !
Pour rouler malin et économique...

Newsletter

Enter your email adress below to receive the Mayor's letter :


Subscribe
Unsubscribe

La Chapelle du Rosaire, chef d’œuvre d’art sacré conçu par Matisse

Ouvert tous les jours sauf le vendredi et le dimanche

La Chapelle du Rosaire, chef d’œuvre conçu par Henri [Matisse] reste un monument d’art sacré unique au monde. De 1948 à 1951, Matisse élabore les plans de l’édifice et tous les détails de sa décoration : vitraux, céramiques, stalles, bénitiers, objets du culte, ornements sacerdotaux... Pour la première fois, un peintre réalise un monument dans sa totalité, de l’architecture au mobilier et aux vitraux. La première pierre de la chapelle est posée en 1949. L’inauguration et la consécration à Notre Dame du Rosaire, ont lieu en 1951.
Pour Henri Matisse, «cette œuvre m’a demandé quatre ans d’un travail exclusif et assidu, et elle est le résultat de toute ma vie active. Je la considère malgré toutes ses imperfections comme mon chef-d’œuvre».

La Chapelle du Rosaire conçue par Henri Matisse est située 466, avenue Henri Matisse à Vence. Tel. 04.93.58.03.26.

La Chapelle est ouverture :

- Lundi – mercredi - samedi 14h – 17h30.

- Mardi - jeudi 10h - 11h30 & 14h – 17h30.

Messe le dimanche à 10h.

Fermeture annuelle de mi-novembre à mi-décembre.

Fermeture les jours fériés.

L’histoire de la Chapelle du Rosaire
Installé à Vence à la villa “Le Rêve”, de 1943 à 1949, Matisse, malade, engage une jeune infirmière, Monique Bourgeois qu’il qualifie de “magnifique personne” et dont il apprécia beaucoup le dévouement. Elle devient sa confidente et son modèle (l’Idole, La Robe verte et les Oranges), elle aime dessiner et s’intéresse au travail de Matisse.

Pourtant, c’est une autre vocation qui l’appelle, en 1946, cette jeune femme entre dans les ordres de Saint Dominique et devient Sœur Jacques-Marie.

Devenue sœur soignante, elle continue à prodiguer des soins au peintre. En août 1947, Sœur Jacques-Marie confie à Matisse son désir de voir décorer l’oratoire aménagé par les religieuses dans une pièces de leur couvent.

Matisse voit grand et conçoit le projet de construire intégralement une chapelle serait offerte aux dominicaines. Entouré par des religieux, le Frère Rayssiguier et le Père Couturier, conseillé par des architectes, Auguste Perret et Milon de Peillon, recourant à l’habileté d’entrepreneurs et artisans Vençois, le maître travaille quatre années (de 1948 à 1951) pour élaborer les plans de l’édifice et tous les détails de sa décoration (vitraux, céramiques, stalles, bénitiers, objets de culte, ornements sacerdotaux...). Pour la première fois, un peintre réalise un monument dans sa totalité, de l’architecture au mobilier et aux vitraux.

La première pierre de la chapelle est posée et bénie par Monseigneur Rémond, évêque de Nice, le 11 décembre 1949. L’inauguration et la consécration à Notre Dame du Rosaire, ont lieu le 25 juin 1951. Matisse, malade n’a pu assister à cette cérémonie, mais il a fait lire un texte par le Père Couturier : « Cette œuvre m’a demandé quatre ans d’un travail exclusif et assidu, et elle est le résultat de toute ma vie active. Je la considère malgré toute ses imperfections comme mon chef-d’œuvre ». Loin de n’être qu’un hasard dans la vie de Vence, le chef d’œuvre de Matisse qui voit alors le jour marque en fait la confirmation d’une vocation. Celle d’une petite cité à l’histoire fertile, habitée depuis des siècles par l’esprit de la création et l’amour des arts.

Discrète, on ne la remarque que par son toit de tuiles blanches et bleues et par sa croix de fer forgé haute de treize mètres, portant des croissants de lunes et des flammes dorées. Simple, lumineux, spacieux et équilibré : ainsi peut être défini l’intérieur de la chapelle. Placés entre la couleur des vitraux et les dessins, nous sommes à l’intérieur du tableau qu’a créé Matisse, l’un des « fauves » du début du siècle.

L’autel est placé au centre de l’espace et fait face aux deux nefs. La couleur de la pierre dans laquelle il a été construit rappelle celle du Pain Eucharistique (pierre du Gard). Les murs, le sol et le plafond blancs contrastent avec les vitraux qui chaque jour laissent pénétrer la lumière. Trois couleurs composent ces vitraux : le jaune (la lumière du soleil et celle de Dieu), le vert (la nature) et le bleu (le ciel méditerranéen). Trois grandes œuvres réalisées «au trait » sur des céramiques blanches décorent les murs de la chapelle. Seul le reflet des vitraux colore ces trois compositions : “Saint Dominique”, “La Vierge et l’Enfant”, et le “Chemin de Croix”.

Une galerie, présentant les dessins préparatoires de la Chapelle ainsi que des modèles de chasubles conçus par Henri Matisse, est ouverte dans la partie Nord de la Chapelle du Rosaire.