Le très haut débit internet arrive à Vence !

Vence attribue à SFR le déploiement de la fibre optique sur la Commune

Un accord national pour le Très Haut Débit (THD) signé entre les opérateurs SFR et Orange prévoit la desserte en fibre optique, au plus tard en 2020, de près de 10 millions de logements français. Dans ce cadre, SFR s’est vue attribuer la construction du réseau Très Haut Débit sur Vence. Ce réseau sera mutualisé, c’est-à-dire ouvert à tout opérateur en mesure d’offrir des services Très Haut Débit au grand public. Ainsi, c’est sur ses fonds propres que SFR procède au déploiement de la fibre sur notre Commune. Des armoires de rue, points de mutualisation, accueilleront la fibre optique dans les différents quartiers de Vence et permettront chacune la connexion d’environ 350 prises de particuliers.

Une technologie d’avenir

Le Très Haut Débit facilitera le quotidien et l’avenir des citoyens, des entreprises, des territoires et bien sûr la vie quotidienne des particuliers. Il renforcera la réactivité et la compétitivité des entreprises et permettra de désenclaver certains territoires.

Selon le Baromètre SFR/Harris interactive « La Fibre des territoires » a mis en évidence la forte demande des Français en faveur de la connectivité de leur territoire :
•77% des Français considèrent que la connectivité du territoire est aujourd’hui essentielle.
•64% des Français souhaiteraient que leur territoire soit davantage connecté.
•La qualité de la connexion apparait pour plus de 9 Français sur 10, comme une force importante des territoires pour attirer aussi bien de nouveaux arrivants, que des investisseurs.
•Enfin, pour les indépendants et les chefs d’entreprises, la qualité de connexion (réseaux mobile et fixe) est le premier critère d’attractivité d’un territoire pour les investisseurs.

Les débits étant primordiaux, l’opérateur SFR proposera entre 100 mégas et 1 gigabit, en fonction de l’endroit où de prise par rapport aux équipements.

Travaux de déploiement de la fibre sur la Commune de Vence

Deux types de travaux sont prévus :
- les travaux qui consistent à déployer la fibre dans la rue (il s’agit de tirer la fibre optique dans les fourreaux de France Telecom, loués à cet effet)
- le raccordement des immeubles et des logements à cette fibre.

Quel que soit le type de logements, chacun pourra équiper son foyer en fibre optique

En habitat collectif (copropriété ou bailleur), une convention d’opérateur d’immeuble sera signée avec SFR pour autoriser l’installation de la fibre optique dans les parties communes. Cet équipement des parties communes de l’immeuble sera réalisé aux frais exclusifs de l’opérateur et ne coutera donc rien aux résidents.

Le raccordement final, c’est-à-dire l’installation de la prise dans chaque logement, sera réalisé par l’opérateur commercial choisi. L’équipement de l’immeuble sera pris en charge par l’opérateur et n’impliquera aucune obligation, ni pour les propriétaires, ni pour les locataires, qui resteront libres de souscrire ou non aux offres de services distribuées par les opérateurs fournisseurs d’accès Internet majeurs du marché.

Il est recommandé aux copropriétés d’inscrire ce point à l’ordre du jour de leur prochaine Assemblée Générale, en donnant pouvoir au représentant de leur syndic de signer une convention d’opérateur d’immeuble avec SFR, opérateur en charge de déployer ce réseau. Faute de réponse favorable à l’équipement de l’immeuble, les habitants des logements concernés seraient privés de la possibilité d’accéder aux offres de services numériques à Très Haut Débit. Pour tous renseignements, les syndics sont invités à contacter Sylvie Cointe.

En maison individuelle, la convention d’opérateur d’immeuble n’est pas requise : le raccordement du pavillon est réalisé après abonnement, à partir d’un boitier situé dans la rue (généralement sur voirie ou sur un poteau) et destiné à desservir un ou plusieurs pavillons. En principe, le pavillon est raccordé techniquement selon le même mode que le réseau téléphonique (soit souterrain, soit aérien).
Si des travaux particuliers d’aménagement sur la propriété privée s’avèrent nécessaires pour ce raccordement (par exemple l’installation d’un fourreau dans le jardin), ceux-ci sont à la charge du propriétaire.

Calendrier de déploiement

SFR a débuté, en 2015, les études sur la Commune de Vence en vue de l’installation dans les prochains mois et en étroite collaboration avec la Ville, des premiers équipements de ce réseau du futur, et notamment du « Nœud de Raccordement Optique », point névralgique du réseau (à proximité du parking des Meillières) et où se concentreront l’ensemble des fibres optiques qui seront déployées sur la commune.

Le déploiement complet s’effectuera par zone successives sur une période de 4 années à compter de 2016.

Le ’Plan France Très Haut débit’

Lancé au printemps 2013, le ’Plan France Très Haut débit’ vise à couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici 2022, c’est-à-dire à proposer un accès à Internet performant à l’ensemble des logements, des entreprises et des administrations. Pour atteindre cet objectif, il mobilise un investissement de 20 milliards d’euros en dix ans, partagé entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l’État.

Pour assurer que la couverture du territoire sera intégrale en 2022 et éviter le déploiement de plusieurs réseaux en parallèle, le Plan divise le territoire en deux zones :
- Dans les grandes agglomérations et chefs-lieux de département (dont VENCE), les opérateurs privés déploient des réseaux de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH).
Ils s’engagent à réaliser ces déploiements d’ici 2020 dans le cadre de conventions signées avec les collectivités territoriales concernées et l’État.
Ces zones dites « conventionnées » concernent 3 600 communes et 57% de la population et représentent un investissement de 6 à 7 milliards d’euros.

- En dehors des grandes agglomérations, les collectivités territoriales déploiement des réseaux publics mobilisant plusieurs types de réseaux d’accès à Internet : FttH, amélioration des débits sur le réseau ADSL, satellite, Wimax, 4G. Propriété des collectivités territoriales, ces « réseaux d’initiative publique » proposent, comme les réseaux privés, des services aux particuliers et entreprises par des fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Les recettes d’exploitation et le cofinancement issus de ces FAI permettront ainsi de financier la moitié de l’investissement (13 à 14 milliards d’euros). La seconde moitié de l’investissement (6,5 milliards d’euros) est financée par des subventions publiques, dont une enveloppe de subvention de l’État de plus de 3 milliards d’euros.

Une priorité accordée au déploiement de réseaux de fibres optiques

Du point de vue technique, les réseaux de fibres optiques jusqu’à l’abonné (FttH) constitue le meilleur support pour le développement d’usages numériques innovants. Le Plan France Très Haut Débit place donc la fibre optique au cœur des déploiements :

Pour renforcer la compétitivité de l’économie française et la qualité des services publics, les zones d’activités économiques et sites publics (établissements scolaires, hôpitaux, maisons de santé, etc) constituent des « sites prioritaires » de raccordement à la fibre optique.

Pour généraliser l’accès de tous aux usages liés au très haut débit, environ 80% des logements devraient être éligibles aux réseaux de fibres optiques jusqu’à l’abonné (FttH) en 2022, c’est-à-dire un réseau intégralement constitué de fibres optiques.
Le déploiement de réseaux « FttH » pour chaque local (logement, entreprise, service public) ne peut être envisagé qu’à long terme en raison de ses coûts. Néanmoins, l’objectif est d’apporter la fibre optique dans chaque village ou chaque quartier par des opérations de « montée en débit » : les abonnés resteront sur la technologie ADSL mais le débit sera amélioré pour fournir du très haut débit (par la technologie VDSL2).
Le déploiement de réseaux de fibres optiques constitue un chantier de long terme. A titre transitoire ou pérenne pour certains locaux isolés, les réseaux hertziens (LTE, WiMAX) sont susceptibles de fournir un accès à Internet de qualité.
Le Plan France Très Haut Débit soutient donc également le déploiement de ces réseaux.